La ficelle de l’arme surpuissante au fonctionnement aléatoire !

Un samedi soir. Je suis crevé et je me dis « rien de mieux qu’un bon gros film d’action pour me vider la tête ». Je parcours les films bourrins à ma disposition. Moins d’une seconde d’hésitation plus tard, j’opte pour Cowboys and Aliens (Cowboys et Envahisseurs en VF). Rien qu’à lire le titre, je suis conquis. Quand tu vois ça, tu te dis que, quoi qu’il arrive, t’auras vu un truc improbable et t’auras pas loupé ta soirée. Tu salives rien qu’à imaginer le duel entre le six-coups et le blaster. Et tu te demandes comment les auteurs vont réussir à te mélanger le tout de manière crédible.

Petit pitch pour vous rafraichir la mémoire : Jake Lonegan (Daniel Craig) se réveille amnésique, au beau milieu du désert. Cadenassé à son poignet, un drôle de bracelet en métal qui a tôt fait d’attirer la convoitise de trois cavaliers. Trois morts plus tard, Jake se rend en ville. Après une nouvelle altercation (c’est un nerveux ce Jake), cette fois avec le fils du cowboy le plus important de la région (Harrison Ford), notre solitaire est mis sous les verrous en vue d’être expédié à un juge. C’est là que des vaisseaux spatiaux débarquent, ravagent la ville et enlèvent les habitants à l’aide de grappins géants. Après une demi-heure relativement tranquille, le clash annoncé a donc bien lieu ! . Les cowboys se prennent une méchante dérouillée. 1-0 pour les bonshommes verts, pense-ton d’emblée. Mais soudain, dans un superbe remake du vilain petit canard, le bracelet de Jake se transforme en beau cygne à plasma et explose l’un des OVNIs ennemis. Avantage Alien donc, mais les humains peuvent encore remporter la partie.

Le bracelet n’a pas seulement provoqué un feu d’artifice dans le ciel, il a aussi allumé une petite loupiote dans mon esprit.

La ficelle de l’arme surpuissante au fonctionnement aléatoire !

Vous avez probablement déjà été confronté à ces personnages qui ont mis la main sur une arme surpuissante d’origine inconnue. Avec cette arme, ils pourraient être les Maitres de l’Univers. Malheureusement pour eux, elle est abîmée et fonctionne mal. Ou tout simplement, ils ne savent pas s’en servir correctement. Ce n’est que face au danger qu’ils parviennent à l’utiliser à pleine puissance.

Et alors ?

C’est tout bête, mais l’auteur s’accorde ainsi une belle facilité pour faire avancer son histoire. Le héros est dans une situation désespérée ? Facile ! Son arme se réactive soudainement !  Au contraire, l’auteur veut mettre son personnage en difficulté ? Facile ! Il le prive arbitrairement de son arme. C’est une manière artificielle de faire monter le suspense… sauf que la ficelle est tellement grosse que personne ne se laisse avoir ! En ne donnant pas de règle explicite quant au fonctionnement de l’arme, l’auteur  se permet de l’utiliser à son gré. L’auteur fainéant pourra donc s’en sortir sans astuce.

Bien souvent, le fonctionnement de ce type d’arme est lié à l’état psychologique du personnage. Dans un état de stress, l’arme se déverrouille miraculeusement. L’auteur a toute latitude de considérer à quel moment le stress est suffisant ! Dans Cowboys et Envahisseurs, Jake est confronté à son ancienne bande de hors-la-loi et il souhaite en reprendre le contrôle. Malheureusement pour lui, le nouveau chef n’est pas de cet avis, et le passe à tabac. Après s’être quelque peu fait botter les fesses, notre héros est enfin apte à dégainer son bracelet surpuissant et clore son action d’une réplique bien sentie. C’est parce que la femme qu’il convoite est en danger qu’il parvient à l’utiliser.

Il est évidemment possible d’imaginer une arme dont le fonctionnement parait, de prime abord, aléatoire, mais dont la contrainte se dégage au fur et à mesure de son usage. Après coup, vous vous dites « mais oui, elle fonctionnait dans cette situation ! ». Le tout est alors de bien doser : si le fonctionnement est trop explicite, le lecteur/spectateur le comprendra trop vite et s’ennuiera le temps que le protagoniste ne le découvre. Si par contre son fonctionnement est trop obscur, trop longtemps, on aura l’impression qu’il n’y a pas de règles.

En définitive, l’arme « surpuissante mais aléatoire » est faible, dramatiquement parlant. Pourquoi ? Parce qu’elle donne l’impression que l’auteur manipule l’histoire de manière arbitraire (c’est d’ailleurs le cas dans toutes les fictions, mais vous n’êtes pas censés le ressentir).

L’exemple le plus judicieux est probablement le dessin animé américain Ben 10. Dans cette série, un jeune garçon de 10 ans, Ben(jamin) Tennyson, découvre dans une capsule spatiale un objet en forme de montre : l’Omnitrix. Bien entendu, il s’agit d’une arme d’origine extra-terrestre… qui se fixe toute seule à son poignet (bizarre, ça me rappelle quelque chose, mais je ne vois pas quoi)… L’Omnitrix permet à Ben de se transformer en plusieurs créatures alien, plus puissantes les unes que les autres!

Génial ! Oui mais, l’Omnitrix n’en fait qu’à sa tête…  Il refuse parfois de fonctionner sans raison apparente. De plus, la durée de transformation varie sans arrêt, et Ben peut redevenir involontairement humain au milieu d’un combat !

Avec une loterie pareille, les scénaristes de la série n’ont aucun problème pour mettre leur personnage dans des situations difficiles ! C’est d’autant plus regrettable que l’intrigue de Ben 10 se limite, globalement, à des bastons.

L’Arbalest en action!

L’excellent anime/manga Full Metal Panic ! est un autre exemple. Le protagoniste, Sousuke Sagara est le seul à pouvoir piloter l’Arbalest, un robot de combat doté du Lambda Driver (créé grâce à la Black Technology). Quand Sousuke parvient à l’utiliser à pleine puissance, il est invincible. Oui mais voilà, cette technologie est très instable, et personne n’en comprend vraiment le fonctionnement. Elle est liée à l’état psychologique de Sousuke et à sa capacité d’imagination.

Certaines parties de l’intrigue reposent sur ce fonctionnement aléatoire du robot : le jeune homme perd foi en lui et n’est plus capable d’utiliser l’Arbalest. Il faudra que l’énergique Chidori Kaname le secoue pour qu’il soit à nouveau apte au combat.

Enfin, les fans de Saint Seiya (Les Chevaliers du Zodiac) se souviendront avec émotion de l’armure d’or du sagittaire, volant régulièrement au secours de Seiya…

C’est probablement en science-fiction qu’on retrouve le plus souvent ce type d’arme, car ce genre est le plus propice à la découverte de technologie surpuissante. Mais le fantastique et la fantasy sont également concernés. Comme vous avez pu le constater, les séries animées et les mangas  (de type shōnen) y ont également régulièrement recourt. Destinés à un public adolescent, ils reposent sur des scénarios souvent faibles, très stéréotypés.

Il existe de nombreux autres exemples, et vous en connaissez probablement! A vous de les partager dans les commentaires!

Nicolas

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s