[Critique] « La Vallée infernale »: l’envol de Bob Morane

« […]Et soudain surgit face au vent
Le vrai héros de tous les temps
Bob Morane contre tout chacal
L’aventurier contre tout guerrier […] »

Qui ne connaît pas par cœur les paroles de ce tube du groupe Indochine ? Enfants, adolescents, adultes ou vieillards : tous ont fait des bonds en chantant à plein poumon la gloire de l’aventurier le plus célèbre du monde francophone. Un personnage à ce point entré dans la culture populaire qu’on en oublierait presque son origine littéraire. Ainsi, nombre de fans n’ont jamais lu la moindre de ses aventures ! En rémission de mon propre manque de culture, voici une critique, sous forme de mea culpa, du premier roman de Bob Morane.

« La Vallée infernale », de Henri Vernes (1953)

La vallée infernaleHenri Vernes, romancier en apparence immortel (il a près de 100 ans !), est depuis longtemps considéré comme un monument de la littérature belge et francophone. Ecrivain prolixe, il a rédigé, entre 1953 et 2012, plus de 200 récits mettant en scène Bob Morane, son héros fétiche, avant de passer le flambeau à Gilles Devindilis. Bien que Vernes ait produit d’autres textes, il va de soi que la mémoire collective s’en souviendra comme le père de Bob Morane, ce qui constitue une trace plus qu’honorable.

Avec La Vallée infernale, il pose les fondements de son personnage et de son œuvre, ceux que la culture populaire a retenus. A savoir : des aventures à la Indiana Jones, de l’action, des comportements héroïques, encore de l’action, des méchants machiavéliques, encore de l’action, des mondes exotiques et encore de l’action ! La première apparition du valeureux héros a lieu en Papouasie- Nouvelle- Guinée. Robert –dit Bob- Morane est pilote pour une compagnie aérienne. A bord d’un vieux coucou, maintenu en vie par l’ami mécano Bill Ballantine, il est chargé de la livraison de marchandises dans certaines zones reculées. Cette routine plutôt particulière est interrompue lorsque Bob se voit contraint, par son employeur, d’embarquer trois passagers en vue de survoler des zones dangereuses de la forêt. Il apparaît bien vite que les motifs invoqués (prendre des photos pour l’un ; retrouver la carcasse d’un précédent crash d’avion pour les autres) sont faux et l’équipage entier s’écrase dans une jungle hostile, peuplée de tribus cannibales…

Henri Vernes

Henri Vernes

Faites le compte : tout y est ! La force du roman de Vernes est de faire vivre une grande aventure, portée par un rythme… infernal. Pas question de perdre du temps sur l’exposition des faits ou sur des scènes d’ambiance : en moins de 10 pages, l’expédition est lancée ; en moins de 20, l’avion est écrasé. Bob Morane, c’est en quelque sorte un blockbuster littéraire. D’un côté, il s’appuie sur les mêmes qualités : de l’héroïsme, du spectaculaire, de l’action à (presque) chaque scène. Mais de l’autre, il est touché par les mêmes défauts : psychologie minimaliste des personnages (stéréotypés) et manque de réel fond. De plus, la lecture de cet épisode laisse une impression de déjà-vu : l’histoire, très simpliste, est faite de rebondissements peu surprenants, tant ils ont été ressassés au cinéma. C’est cependant ici qu’il faut faire preuve de recul et de clairvoyance : publié en 1953, La Vallée infernale fait presque figure de pionnière en la matière. Elle est forcément victime de son âge. Il faut aussi souligner que, malgré ce manque de surprise, le texte embarque facilement le lecteur et, plutôt court, l’emporte vers son dénouement sans avoir l’air d’y toucher !

Pas étonnant que Bob Morane ait traversé les époques et les médias : héros à la fois unique et universel, il est un personnage indémodable, susceptible de rallier enfants et adultes. Sa facilité de lecture fait de ce premier épisode (et, sans aucun doute, des 200 autres) un roman passe-partout, idéal à lire en tout lieu, dès que vous avez une seconde de libre.

Monsieur Scientas’Hic

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s