[Les Chroniques de Peck] La périlleuse recherche des classiques de la littérature chinoise

Il y a de cela un an déjà, je m’étais dit que j’avais lu de nombreux classiques de langues française et anglaise mais que j’étais, en fin de compte, assez peu sorti de la culture occidentale. Circonstances familiales aidant, je suis parti à la découverte de la littérature classique chinoise. Le Singe pèlerin, ma première plongée dans les « quatre livres extraordinaires de la littérature chinoise » a été aussi plaisante que frustrante. En effet, âme innocente que j’étais alors, j’avais acheté ce livre sans me renseigner, et sans porter une attention particulière à la maison d’édition et au traducteur.

Grave erreur.

Cette édition du « Singe Pèlerin » ne porte aucune mention extérieure quant au caractère intégral ou non du texte.

Dès le prologue -très instructif par ailleurs- le traducteur (du chinois vers l’anglais, et j’en lisais la traduction française) explique que le texte original, très long, est généralement abrégé. Soit des épisodes entiers de l’histoire sont supprimés, soit tous les épisodes sont présents, mais sous forme raccourcie.

Bon, j’étais un peu déçu, mais ce n’est pas grave, que ça me serve de leçon ! Pour mon deuxième « extraordinaire », Les Trois Royaumes, je compte bien faire attention. Quelques recherches plus tard, je dois constater que :

1) même sur l’incontournable Amazon, trouver le livre (en français) n’est pas si aisé. Du moins avec une traduction de qualité. La lecture des commentaires postés par les internautes (et qu’on peut estimer de bonne foi, vu l’absence de concurrence dans la traduction française de cette ouvrage) ne donne en effet pas la moindre envie de s’y risquer. D’autant plus que le prix- 60€ pour les trois tomes- incite à la prudence. Bien sûr, vu son âge vénérable, ce classique est libre de droit. On trouve, par exemple, la traduction des Trois Royaumes réalisée par Théodore Pavie sur WikiSource (https://fr.wikisource.org/wiki/Histoire_des_Trois_Royaumes ) mais elle date de 1845.

2) les éditions françaises que je trouve ne porte pas de mention extérieure « texte intégral » ou « texte abrégé ». Or, et comme cela apparaît beaucoup plus clairement dans le monde anglophone, Les Trois Royaumes est lui aussi souvent publié en version abrégée. En cause, la longueur du texte. Si les versions françaises proposées par les éditions Flammarion et You Feng semblent être les intégrales, la méfiance est de mise. Remember Le Singe pèlerin ! Sans certitude quant au contenu du texte, je me suis donc finalement tourné vers la traduction anglaise proposée par Moss Roberts (éditions California Foreign Languages Press) portant la mention « Complete en unabridged » (« complète et non-abrégée »), et, semble-t-il, réputée par sa qualité et sa précision. Elle comporte nombre de cartes et d’annotations pour faciliter la compréhension du texte au lecteur non-asiatique.

Cette double expérience pose nombre de questions, quant au manque de transparence de certaines maisons d’éditions certes, mais surtout quant à l’accessibilité des classiques chinois et asiatiques ( ?). Il est interpellant que, pour lire des œuvres majeures telles que Les Trois Royaumes et Le Singe pèlerin, le lecteur doive mener une enquête, tout en n’étant pas certain d’avoir sous les yeux une version à la fois fidèle et correctement traduite en française. Pour rappel, on ne parle pas ici de romans inconnus, rédigés par d’obscurs auteurs, mais bien des « Quatre livres extraordinaires de la littérature chinoise », des œuvres fondatrices de la littérature chinoise et dont le rayonnement s’étend à l’Asie (ou du moins, à l’Extrême-Orient).

Three Kingdoms

La traduction des « Trois Royaumes » de Moss Roberts est la plus complète est précise que j’ai trouvée. Mais elle est en anglais…

Qu’est-ce qui peut bien expliquer cette situation ? Le manque d’experts francophones en littérature chinoise (l’équivalent d’un Moss Roberts) ? L’absence de traduction française fiable est problématique : vu l’épaisseur et la complexité des Trois Royaumes, la lecture en version anglaise n’est pas accessible à tous et elle pose également, entre autres, le problème des équivalences entre transcriptions française et anglaise des noms propres (personnages et lieux). N’étant pas grand connaisseur en littérature étrangère (je veux dire non anglo-saxonne), je me demande si le système d’écriture difficile et la connaissance moindre de la culture d’Extrême-Orient n’explique pas cette situation (par rapport à d’autres régions du monde, telle l’Amérique du Sud par exemple). Dans ce cas, on peut espérer un progrès dans le futur, étant donné l’importance croissante de l’Empire du Milieu sur nos vies.

Est-ce le manque d’intérêt du public ? Il est certain que si la demande était plus forte, l’offre suivrait. D’où, peut-être, cette autre réflexion : nous intéressons-nous assez aux classiques d’Asie et des autres régions du monde (et même des autres pays d’Europe : qui a lu les classiques croates, polonais, bulgares, norvégiens,… ?) ? Y sommes-nous assez sensibilisés ? Il n’est pas fou de penser que la lecture des ces œuvres, dans des éditions correctement documentées, permettrait de mieux comprendre les autres cultures. Sans y voir le secret de la paix universelle, elle faciliterait, peut-être les échanges.

A contrario, il est aussi intéressant de se demander si nos propres classiques sont facilement accessibles en Asie et dans le reste du monde. Sans recherches approfondies, on est tenté de répondre que oui, si l’on exclut les cas de censure.

Et vous, que pensez-vous des classiques asiatiques (et étrangers non anglo-saxons) ? En avez-vous lus ? Avez-vous rencontrés les mêmes difficultés pour les trouver et les lire ?

Peck

Publicités

Une réflexion sur “[Les Chroniques de Peck] La périlleuse recherche des classiques de la littérature chinoise

  1. Pingback: [Les Quatre livres extraordinaires de la littérature chinoise (2)] « Les Trois Royaumes » | Scientas'Hic

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s