[Auteur] Manon Elisabeth d’Ombremont: entre gris clair et gris foncé

 « Dans une histoire normale, il incarnerait le sombre méchant supposé mourir à la fin dans un affrontement épique contre un beau et vertueux heureux. » Accroche plutôt emballante, n’est-ce pas ? Bien qu’elle s’applique à un personnage en particulier, elle est une excellente introduction à l’œuvre de Manon Elisabeth d’Ombremont, jeune auteure qui se plait à décrire des univers noirs et des êtres au caractère… assez… euh difficile ?

Cet article présente l’auteure, avant une interview passionnante, à découvrir prochainement :

Interview partie I, c’est par ici

Interview partie II, c’est par là!

Quand un personnage prend des claques…

Manon Elisabeth d'Ombremont veille à ce que Nechtaàn, "héros" du Nechtaànomicon ne fasse pas (trop) de bêtises dans les salons littéraires.

Manon Elisabeth d’Ombremont veille à ce que Nechtaàn, « héros » du Nechtaànomicon ne fasse pas (trop) de bêtises dans les salons littéraires.

C’est en me rendant dans un modeste salon fantasy en Belgique, que j’ai rencontré pour la première fois Manon Elisabeth d’Ombremont. Elle tenait un stand et faisait la promotion de son premier roman, Légendes Faës : La chienne de l’ombre. Je n’avais pas acheté le livre à cette occasion, mais je m’étais dit que ce serait pour plus tard. Ce plus tard est venu lors de l’imposant salon Mon’s Livre (Belgique).

Un seul regret, à la fin de ma lecture, qui n’a pas pris plus de deux jours : avoir attendu aussi longtemps !

Car Manon Elisabeth d’Ombremont, malgré son jeune âge (née en 1993, elle n’a pas encore vu 24 printemps !) possède déjà une solide expérience et a entamé l’écriture de deux cycles (de dark fantasy et d’urban fantasy) de qualité, en plus de quelques nouvelles déjà parues. Quant à 2017, il s’annonce porteur de nombreux projets !

Mais quels sont ces cycles en question ?

Le premier s’intitule Légendes Faës. Son premier tome, La chienne de l’ombre, plonge le lecteur dans un monde décadent. La particularité du roman est de placer son intrigue dans le camp des « mauvais », ou, en tout cas, du peuple à priori le moins présentable. On y suit l’initiation et l’ascension de deux sœurs : Melyan, guerrière sombre et torturée (c’est la chienne en question) et Elyalë, semi-banshee maîtrisant une magie obscure. Les deux s’évertuent à survivre au brutal empereur -accessoirement leur père, qui a une étrange interprétation de l’amour paternel. En réalité, celui-ci ne fait qu’appliquer la loi en vigueur, celle du plus fort. Toutes ces individualités sont survolées par l’ombre mythique qu’incarne le dragon Elcmar, entitée déchue… pour le moment.

Le deuxième cycle se nomme Nechtaànomicon et fait la part belle à « l’Ar’ narakhe » Nechtaàn, qui, comme le souligne la quatrième de couverture : « incarnerait le sombre méchant supposé mourir à la fin dans un affrontement épique contre un beau et vertueux héros [dans une histoire normale] ». Car ce dernier n’est pas un anti-héros, il est au-delà : c’est un personnage maléfique tout court, qui accomplit « le mal » en toute innocence (oserait-on dire naïveté ?), puisque celui-ci est sa nature même, sa normalité. Ce récit d’urban fantasy suit les plans de reconquête scabreux d’une créature damnée, enfermée dans un corps faible. La jubilatoire saison 1, composée de 6 épisodes, laisse entrevoir une suite… démoniaque !

…Le lecteur tend l’autre joue!

Bon, d’accord, les protagonistes s’en prennent plein la poire, on dirait. Mais nous, les lecteurs ?

Ah ah, ben ça, évidemment ! Vous croyiez vraiment être épargnés ? Pas par les inénarrables narrateurs, en tout cas ! Personnages à part entière, ceux-ci se feront un plaisir de se moquer de vous, de vous provoquer ou vous effrayer tout en se laissant aller, parfois, à quelques confidences, au gré de leurs humeurs. C’est l’une des forces de Manon Elisabeth d’Ombremont : elle immerge le lecteur dans des textes incroyablement vivants et partage avec nous son univers et sa passion.

Ce qui frappe d’emblée, c’est cette impression de spontanéité, ce ton direct et incisif. L’auteure prend le démon par les cornes : ici pas de chipotage ou de détails inutiles, elle ne traîne pas en chemin et propose des récits rythmés allant droit à l’essentiel. A l’opposé de sagas tirant en longueur, elle propose des histoires tranchantes.

nechtaanomicon-livre-stand

Tranchants, les « héros » le sont également. L’une des marques de fabriques de Manon Elisabeth d’Ombremont est de mettre en avant des individus (humains ou non) sombres et torturés, ceux que l’on retrouve, traditionnellement, dans le camp des « mauvais ». Ses écrits, qu’elle qualifie de « Dark Fantasy » s’ouvrent, telle une porte, sur des univers noirs, riches en créatures malfaisantes.

Ensemble, ces caractéristiques donnent à l’œuvre de la jeune Belge une touche d’originalité et de fraîcheur bienvenues. A la lecture des ses romans, on ne peut s’empêcher de se dire qu’on voit s’affirmer, sous nos yeux, l’une des futures grandes plumes de la fantasy. Reste le plus difficile : après des premiers textes prometteurs, la suite est attendue avec beaucoup d’impatience !

Si vous voulez vous faire une idée de son style, la nouvelle Requiem de la Sorser’tan a été publiée gratuitement dans le cadre du Calendrier de l’Avent L’ivre-Book. Mais rien ne vous empêche de vous laisser tenter par l’épisode 1 du Nechtaànomicon (également chez L’ivre-Book). Enfin, si vous êtes aussi téméraires que Melyan ou Nechtaàn, deux cycles vous attendent de pied ferme.

Pour rappel, vous pourrez également faire connaissance avec l’auteure, via l’interview en deux parties désormais en ligne (la partie I est ici et la seconde est )

Liens

Site officiel : http://dombremont.com/

Profil Facebook : https://www.facebook.com/profile.php?id=100008452759249

Page Facebook : https://www.facebook.com/medombremont/?fref=ts

Twitter : https://twitter.com/MEOmbremont

Bibliographie

Cycles

  • Légendes Faës : La chienne de l’ombre [Tome 1], Les Editions Lancelot, 2015 + nouvelle édition numérique chez L’Ivre-Book, 2017
  • Légendes Faës : Le Déchu [Tome 2], L’Ivre-Book, 2017 [note: Parution après publication de l’article]
  • Nechtaànomicon, Saison 1, L’ivre-Book (en 6 épisodes puis en version intégrale), 2016

Romans indépendants

  • Bratva, Editions Sharon Kena, 2017 [note: Parution après publication de l’article]

Nouvelles

  • Lune de Miel, L’ivre-Book, 2016
  • Requiem de la Sorser’tan, L’ivre-Book, 2016

Monsieur Scientas’Hic

Publicités

Une réflexion sur “[Auteur] Manon Elisabeth d’Ombremont: entre gris clair et gris foncé

  1. Pingback: [Interview] Manon Elisabeth d’Ombremont: « ton univers impitoyable  | «Scientas'Hic

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s